mercredi 14 septembre 2022

Élégies. Les revers de destin sont de retour, rêveurs !

De nos jours on sourit devant d’anciens romans
Contant des orphelins malheurs et avanies ;
Les lecteurs d’aujourd’hui vivant d’heureux moments
Croit qu’on force le trait avec ces litanies.

Au siècle précédent on m’a décrit comment
Des Thénardier pur jus sous l’azur d’Algérie
Mangeaient sans partager viande et pain de froment
Quand les enfants confiés rageaient des pingreries.

Le soleil peut briller dans un azur parfait
Quand il est des serpents venimeux et cupides ;
Aujourd’hui on commet d’aussi violents forfaits.

Est-il si impossible en des milieux stupides
Qu’une fille ait subi les plus tristes effets
Dans un orphelinat aux principes turpides ?

L’est-il plus de passer de l’ombre à la lumière
Et d'avoir au final une vie singulière ?

Jane Eyre (2011) © Mapomme
D'après Cary Joji Fukunaga

mardi 13 septembre 2022

Élégies. Serais-je, en d’autres temps, triste et heureux ailleurs ?

Marchant parmi les pins j’aurais voulu des landes
Des volutes de brume écorchées par le vent
Et tel l’ancien berger sous une houppelande
Je serais demeuré les éléments bravant.

J’ai connu des brouillards déposés en offrande
Allant dans le maquis et le sentier suivant
Seul ainsi que mon cœur en ces ténèbres grandes
Cherchant à se laver d’un passé survivant.

Myrtes et châtaigniers cistes et puis fougères
Du Derbyshire avaient peu d’aspects en commun
Et moi rien d’un héros de contrées étrangères.

La solitude sied au marcheur en chemin
Vers un but ignoré et sa marche est légère
S’il peut de son destin accomplir l’examen.

Les falaises de Peak sont battues par l’autan
Quand sur mon île il fait trop souvent du beau temps. 

Serais-je, en d'autres temps... © Mapomme

lundi 12 septembre 2022

Mythologies revisitées. Tourbillon, carillons des cloches du Saint-Sang

De mes amours d’antan au tenace parfum
Ont livré le tourment d’une si longue absence.

Vertiges d’autrefois je vois l’amour défunt
Dans les rues du présent qui avec nonchalance
S’avance et me snobe me laissant sur ma faim :
Elle a quitté sa tombe et se taille en silence.

On tombe amoureux sans se rompre les os :
Vertiges des passions et spirale infernale
Où j’ai brisé mon cœur moins souple qu’un roseau

Et l’année s’écoule sans cesse hivernale
Car la revenante me fait tomber de haut
Le vide m’attirant dans ma chute abyssale.

Vertiges se peut-il que des amours anciennes
Soient du gouffre exhumées par des nécromanciennes ?

Vertigo © Mapomme
D'après Alfred Hitchcock

dimanche 11 septembre 2022

Mythologies revisitées. Combien faut-il errer en ce passage sombre ?

Sous mes yeux s’étendait l’aride Terre Gaste
Dévastée par les dieux lors d’ineptes combats ;
Pas un oiseau planant sur ces étendues vastes ;
Nulle ondée depuis lors sur ces friches tomba.

J’avais pu m’échapper par un hasard très faste
De mon cachot puant destiné au trépas
De tout meurtre innocent moi l’humain au cœur chaste ;
Un génie bienfaisant avait guidé mes pas.

Puis sur la Gaste Terre est arrivé un ange
Qui croyait que mes mains étaient vierges de sang
Même si un verdict m’avait couvert de fange.

S’entendre dire enfin qu’on me croit innocent
De chaque vilenie soudainement me change ;
Cet ange serait-il ici-bas tout-puissant ?

Tout a changé de face en trouvant le coupable
Le seul que l'on croyait de ce crime incapable.

Dark passage © Mapomme
D'après Delmer Daves

samedi 10 septembre 2022

Mythologies revisitées. Avoir ou n’avoir pas un fil qui vous attache

Le pérégrin voulait rester hors de la guerre
Son roi n’ayant donné sur ce point son avis ;
D’ailleurs en tout conflit il ne se mouillait guère
Et ses sujets étaient de la paix tous ravis.

Voyageur et marin allant de par la Terre
Que pas un lien n'avait un seul jour asservi
D’aucune lutte occulte il n’était tributaire
Ne voulant devenir d’une ligue un nervi.

Mais un fil à la patte est venu en cachette
Car un bailli local veut lui faire du tort :
Il croit qu’une pression sa soumission achète.

L’étranger déteste ces façons de butor
Et dès lors prend parti jouant de la gâchette ;
Il bute le bailli aux procédés retors.

Il rentre en son pays bien avant le matin
Attaché depuis peu à sa dame châtain.
To have and have not © Mapomme
D'après Howard Hawks

vendredi 9 septembre 2022

Mythologies revisitées. En quel métal pesant forge-t-on les légendes ?

Toison d'or ou bien Graal qu’importe le métal
Pourvu qu’on foule un jour des terres légendaires !
Que de héros sont morts lors d’un combat fatal
Et dans l’oubli tomba leur quête suicidaire.

Leur regard possédé brillait d’un feu astral
Car l’immortalité du seul imaginaire
Peut leur être octroyée par un conte ancestral
Les scindant à jamais des humains ordinaires.

Entre ses mains tenant le tribut d’un faucon
Il s’en défit enfin avec de l’amertume
En ressentant soudain le magnétisme abscons

De la statue ancienne à couleur de bitume.
L’officier la saisit tel un frêle flacon :
De quoi est fait l’objet ? Ce n’est pas un poids plume ! "

L’autre chercha les mots du plus parfait effet :
" Du très rare métal dont les mythes sont faits ! "
Le faucon maltais © Mapomme
D'après John Huston

mercredi 7 septembre 2022

Mythologies revisitées. Faut-il pour le renom perdre ses idéaux ?

Quelle est donc la valeur d’une factice gloire
S’il faut perdre son âme afin d’être admiré ?
Rêveurs éveillez-vous ! Si on sort un grimoire
À de plus sûrs sentiers pour l’estime aspirez.

D’accords en expédients une puissance noire
Vous fera accepter des plans indésirés
Qui viendront vous chasser de toutes les mémoires
Pour avoir âpre au gain dans l’ombre conspiré.

S’il nous fallait conter l’inverse de nos causes
En jetant au panier les plus belles valeurs
Combien accepteraient cette métamorphose ?

Le renom va souvent dans les pas du malheur
Et dans un triste alcool il soigne sa cirrhose
En offrant aux damnés une étrange pâleur.

En tous talents on voit peu de gens refuser
Les sirènes du lucre et tant en abuser.

Phantom of the Paradise © Mapomme
D'après Brian de Palma